ActualitésInterviewsInterviews

INTERVIEW : STUDENTS CHALLENGE



STREET N’ SPORTS :Pour commencer, pouvez-vous vous présenter ?
ALEXANDRA MONET : Je m’appelle Alexandra, j’ai 18 ans. Je viens de la région parisienne mais je suis descendue faire mes deux années de CPGE Lettres modernes à Montluçon.
MATTHIEU MEHDI BENABOUCHE : Bonjour, moi c’est Matthieu ou Mehdi, c’est comme vous préférez. J’ai 21 ans, je suis franco-marocain. Je suis passionné de sport automobile. Je suis né à Vichy mais j’ai grandi à Montluçon et je suis actuellement en 4ème année en école d’ingénieur, spécialité mécanique, à Belfort.



SNS : Pouvez-vous nous parler du concept Students Challenge 2015 ?
AM : Du 15 au 24 février 2015, ça sera la 8ème édition du Students Challenge. Il est organisé par l’agence Maïenga, qui est connue pour le rallye Aïcha des Gazelles. Le Students Challenge est essentiellement composé d’étudiants. Contrairement au 4L Trophy, le Students Challenge est limité à 150 équipages pour réduire l’impact sur l’environnement et assurer une sécurité optimale ; et le choix de la voiture est libre, elle doit juste être en 2 roues motrices.
Pour l’édition 2015, toutes les équipes se retrouvent à La Rochelle. On doit ensuite traverser la France et l’Espagne pour prendre le bateau à Tarifa. Les 5 étapes du rallye commencent réellement une fois arrivé à Meknès et jusqu’à Ouarzazate. Le rallye n’est pas basé sur la vitesse, mais sur un temps idéal donné avant chaque étape que les organisateurs ont mis au point pour nous permettre de découvrir le pays et d’aider d’autres équipes. L’équipe la plus régulière gagne le rallye.
MMB : Le Students Challenge, c’est une course pour les étudiants qui souhaitent participer à une action humanitaire et écologique tout en partant à la découverte du Maroc. Pour ma part, je connais déjà bien le Maroc, j’y vais surtout pour apporter une aide sur place.
Avec Alexandra, on va participer à une journée Green Day. Le concept est super, chaque équipe finance l’achat de palmier-dattier (il faut savoir que pour les agriculteurs marocains, l’achat d’un palmier dattier est conséquent mais c’est un très bon investissement). On les amène au Maroc, et pendant une après-midi, toutes les équipes vont aider les agriculteurs à planter les arbres.
Cerise sur le gâteau, on fera tout ça au volant d’une vieille E30. J’espère avoir l’occasion de faire quelque travers sur les pistes marocaines !

SNS : Pourquoi avez-vous décidé de participer à ce rallye ?
AM : Je souhaite intégrer Sciences Po l’année prochaine pour me consacrer aux actions culturelles et humanitaires. Le Students Challenge m’offre ma première opportunité de concilier ces deux domaines. La solidarité est très présente tout au long de cette aventure humaine, et c’est un sujet très important pour notre équipage. Le rallye est aussi l’occasion de voyager et de découvrir un autre pays et sa culture.
MMB : C’est en discutant avec un ami de mon école d’ingénieur qui allait participer au 4L trophy que j’ai découvert le Students Challenge. Il m’a dit qu’il aurait préféré participer au Sudents Challenge parce qu’il porte un vrai projet solidaire et qu’on peut s’inscrire avec n’importe quelle voiture à deux roues motrices. Quand il m’en parlé, je me voyais déjà m’envoler au-dessus des dunes à bord d’un buggy géant pour venir au secours des populations démunies du sud-marocain. Le buggy s’est transformé en E30 mais ça reste une propulsion et le plus important c’est de venir en aide aux Marocains. J’ai été touché par ce projet solidaire, surtout que la moitié de ma famille habite encore au Maroc. J’ai présenté l’idée à ma copine, elle était enchantée, il ne nous en fallait pas plus pour s’inscrire.

SNS : Pratiquez-vous un sport ?
AM : Malheureusement, à cause de problèmes de genoux, j’ai dû arrêter totalement le sport pendant un long moment. Mais je compte bien reprendre dès que possible, et la participation au rallye est une très bonne occasion.
MMB : J’ai fait pas mal de handball, mais arrivé en classe prépa on n’a plus vraiment de temps pour le sport (à vrai dire on n’a plus de temps pour quoi que ce soit). Depuis que je suis en école d’ingénieur, je pratique un peu de tout avec le BDS (bureau des sports) : je refais du handball mais aussi du football, musculation, paintball.

SNS : Quels sont vos objectifs ?
AM : Nous partons avant tout avec l’objectif de partager une aventure unique en couple. Nous allons rencontrer des étudiants, des professionnels et les populations vivant dans le désert marocain.
L’objectif est aussi de monter un projet de A à Z, avec la création d’associations, les contacts presse et sponsors, la préparation de la voiture, etc. A travers notre association et le Students Challenge, nous voulons prouver que la solidarité est possible entre les équipes concurrentes mais également entre deux cultures totalement différentes.
Après, on ne peut pas le cacher, nous espérons tout de même gagner la course.

SNS : Comment allez-vous vous préparer pour ce raid ?
MMB : Après notre inscription, nous avons commencé par chercher notre voiture. Alexandra voulait une Coccinelle pour l’appeler Choupette (comme dans le film). Mais au vu des prix très élevés par rapport à leur état, j’ai décidé de partir sur une autre voiture. Le premier critère était qu’elle devait être une propulsion. Au moment de mes recherches, j’étais en stage chez Segula et un de mes collègues qui a travaillé six ans chez BMW m’a parlé des E30. Je connaissais un peu ce modèle qui est une bonne base pour le drift mais pour moi, une telle voiture ne rentrait pas dans notre budget. Et finalement, j’en ai trouvé une sur Internet. C’est une phase 1 de 1986 donc avec une garde au sol respectable. Elle a le bloc m10 qui était utilisé en F1 pour faire les tests. Le seul ennui est qu’elle est à carburateur. Point intéressant, elle a déjà fait deux rallyes, un en Espagne et un dans le Jura. Beaucoup de pièces mécaniques ont déjà été changées, mais il faut encore que je fasse des réparations et surtout que je la prépare pour les pistes désertiques.
Nous avons aussi créé notre association Esperanza pour rechercher des sponsors. Nous sommes pour le moment en partenariat avec Paris Cola, Thermal Assurance Vichy et Segula.
En ce moment, nous prenons contact avec la presse pour faire connaître notre projet. La prochaine étape, si tout se passe bien, c’est le rallye !

SNS : Est-il possible de vous aider dans votre aventure ?
AM : Nous sommes à la recherche de sponsors pour nous aider à financer notre projet. Le raid va nous coûter près de 9 000 €, et nous ne pouvons pas tout financer nous-même. Si vous avez des contacts à nous proposer, vous pouvez nous envoyer un mail à alex_mehdi@outlook.fr.

SNS : Un dernier mot pour nos lecteurs ?
MMB : Pour suivre notre préparation, mais aussi toutes les étapes du rallye, vous pouvez nous retrouver sur notre page Facebook, Equipe Esperanza – Students Challenge, et Twitter, Team Esperanza.

SNS : Nous vous souhaitons bonne chance pour cette aventure et l’on se retrouvera très certainement à la fin du rallye.