ActualitésInterviewsInterviews

Interview : Kevin Razy



STREET N’ SPORTS : Peux-tu te présenter en quelques mots ?
KEVIN RAZY : Je m’appelle Kevin Razy, je suis humoriste hybride depuis 6 ans. C’est à dire que je suis autant sur le web que sur scène et maintenant à la télé! Et bientôt … dans un kebab!



SNS : L’humour a toujours fait parti de ta vie ?
KR : Toujours! C’était un de mes seuls atouts. Le truc qui me permettait de me mettre les gens dans la poche pour pouvoir les manipuler et les faire devenir mes esclaves. (Je rigole)

SNS : Tu as débuté avec ton tout premier spectacle solo « The Little Diarrhée Of Kevin Razy », quel souvenir en as-tu ?
KR : Je n’arrive pas à croire que j’ai osé appeler mon spectacle comme ça. Sinon c’était juste incroyable, ma première expérience en solo sur scène à seulement 20 ans. C’était fou!

SNS : Les gens te connaissent aussi grâce à ta parodie « Sexion d’Homo » que tu as réalisé il y a quelques années, d’où est venu cette idée ?
KR : On délirait sur la chanson Désolé avec mon co-auteur et associé Tarik Seddak et un moment il a lâché  » Et j’me suis fait griller dans l’marais! « .
On a tapé une grosse barre et j’ai écrit les premières paroles dans le RER B en rentrant chez moi ou en allant à Châtelet, je sais plus!

SNS : Par la suite tu vas enchainer avec une version antillaise de la mini-série « Bref », à ce moment-là, ton plus gros kiff c’est la scène ou les parodies vidéos ?
KR : La scène. Car tu es en contact avec les gens et tu as une adrénaline que tu ne peux pas avoir avec la vidéo.
Quand tu balances une parodie sur YouTube, tu vois pas comment les gens se tapent des barres (ou pas). Tu vois juste des  » LOL  » First  » Nul.  » XD Des Barres « .
Bon c’est cool aussi hein mais c’est carrément pas la même chose qu’avoir des rires en vrai.

SNS : Tu co-écris également la plupart des sketchs des Lascars Gays avec ton ami Tarik Seddak pour l’émission « On n’demande qu’à en Rire », c’est plus facile d’écrire pour les autres que pour soi-même ?
KR : C’est plus facile d’écrire pour soi si on est un auteur.
Pour les autres, c’est un autre travail : il faut pouvoir cerner la personne et trouver son type d’humour. J’ai la chance de pouvoir faire les deux et j’adore ça.

SNS : Tu fais également parti du Jamel Comedy Club, comment as-tu vécu ton premier sketch ?
KR : C’était assez stressant et j’avais une hantise : bafouiller. Car si tu bafouilles, du coup tu dois recommencer ton passage (les émissions sont enregistrées) donc du coup tu dois recommencer la MEME blague sur un public qui l’a déjà vu une fois. Horrible!

SNS : Désormais, tu es membre du collectif du Studio Bagel qui cartonne depuis quelques temps, comment s’est déroulée cette rencontre ?
KR : Axel, le binome de La Ferme Jérome a été contacté par Lorenzo Benedetti (Producteur du Studio Bagel) afin de former une équipe de YouTubers pour monter une chaîne d’humour. Donc Axel a contacté tous les gens qu’ils connaissaient et qui se connaissaient plus ou moins afin de participer à cette aventure. Et j’ai eu la chance d’en faire parti !

SNS : On remarque également que tu es très présent sur les réseaux sociaux, et que tu entretiens une vraie relation avec tes fans, est-ce important pour toi ?
KR : Sans eux, les artistes ne sont pas grands choses. Enfin si, ça reste des artistes mais des artistes qui ne mangent que des pâtes et qui sont serveurs à mi-temps. Donc oui, c’est important pour moi d’être présent pour mes fans et de répondre à TOUTES leurs questions sauf quand on me dit  » hey quoi de neuf  » Ah Ah.
Sinon j’ai très vite compris la force des réseaux sociaux et que tu pouvais exister pendant un certain temps aux yeux des gens tant qu’il y a de l’activité sur ta page même si tu n’as ni spectacle, ni vidéo, ni télé de prévus.

SNS : Que peut-on te souhaiter de meilleur pour la suite ?
KR : La santé avant tout !

SNS : Pour finir un petit mot pour les lecteurs de Street N’ Sports ?
KR : Hello les petits lecteurs de Street’N’Sports, continuez de lire des articles ici, continuez d’être street, continuez d’être sport.