A la Unepubli-redactionnelStreet N'GeekWeb

Droit à l’oubli – Supprimer les résultats de recherche de Google

Droit à l'oubli


Une décision de confidentialité européenne connue sous le nom de «droit à l’oubli» permet aux gens de demander la suppression des URL spécifiquement liées à leur nom, ce qui supprime essentiellement les résultats de recherche Google. Connue par son raccourci, la RTBF est entrée en vigueur en mai 2014 et a été considérée comme une décision historique qui autorise la radiation des informations en ligne des résultats des moteurs de recherche.



Le droit de l’oubli : Définition

Considéré comme un droit à la vie privée, toute personne européenne peut demander que Google, Bing, Yahoo et d’autres moteurs de recherche suppriment les URL qui peuvent contenir des informations qui pourraient être considérées comme «inexactes, inadéquates, non pertinentes ou excessives», selon la décision. Ces informations peuvent nuire à leur réputation. L’élément le plus critique de cette décision repose sur l’exigence que les sociétés de moteurs de recherche déterminent si le droit d’une personne à la vie privée l’emporte ou non sur l’accès à l’information par le public. Pour défendre votre e reputation, Laudans votre agence e-reputation basée à Paris, reprend le contrôle de votre e reputation et vous aide à se remettre des crises et à établir une présence en ligne positive dans les moteurs de recherche.

Des questions importantes sont apparues sur la façon dont les opérateurs de moteurs de recherche décidaient de ce facteur. En fait, il y a une quête pour recevoir des données concernant la fréquence à laquelle la règle est appliquée. Une étude récente publiée par Google a cherché à mieux comprendre la décision de la RTBF et ses usages pratiques depuis 2014.

Aperçu des principaux résultats de l’étude

En règle générale, il existe deux raisons principales pour lesquelles une personne demande la radiation d’une URL. Le premier était représenté par 33% des cas où les utilisateurs demandaient la radiation d’un compte de réseau social ou d’annuaire contenant des informations personnelles. Le second était représenté par 20% des demandes de radiation d’URL liées à des sites Web d’actualités ou gouvernementaux qui couvraient généralement l’historique juridique du demandeur. Les 47% finaux des demandes de radiation provenaient d’une grande variété de contenus et de raisons de la demande de radiation.

En particulier, lorsqu’il y avait des variations dans les lois locales ou régionales concernant la confidentialité, certaines régions ont vu une augmentation des demandes de radiation d’URL que d’autres. Par exemple, des personnes en France et en Allemagne ont souvent demandé que les pages des réseaux sociaux et des répertoires soient radiées. Les citoyens italiens et britanniques ont plus souvent demandé la radiation des sites d’information, soit trois fois plus que les autres régions européennes. Les chercheurs ont également constaté que les demandes de suppression portaient une intention locale, ce qui signifie que plus de 77% des demandes de suppression d’URL provenaient d’un domaine de premier niveau de code de pays. En outre, chacun des 25 principaux organes de presse ayant reçu des demandes de suppression d’URL avait au moins 86% de demandes provenant du même pays.

Malgré le grand nombre de demandes de radiation d’URL, seulement environ 43% d’entre elles remplissent réellement les critères nécessaires pour la radiation. De plus, les chercheurs ont découvert que les demandes de suppression d’URL provenaient d’un petit nombre de pays et de particuliers. Cinquante et un pour cent de toutes les demandes de radiation provenaient de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni réunis. Quinze pour cent de toutes les demandes d’URL provenaient de 1 000 personnes. Le groupe le plus courant pour demander la radiation était les cabinets d’avocats et les sociétés de gestion de réputation.

Enfin, les chercheurs ont constaté que la plupart des demandes de radiation d’URL provenaient de particuliers et non d’entreprises. En effet, 85% des particuliers ont fait la demande; au sein de ce groupe, 5% étaient des personnes de moins de 18 ans. Au cours des deux dernières années, des personnalités non gouvernementales ont demandé 41 213 radiations d’URL, et des politiciens et d’autres fonctionnaires ont demandé 33 937 radiations d’URL.

Dans l’ensemble, l’analyse présentée dans ces résultats de recherche a couvert 2,4 millions de demandes de radiation d’URL d’Européens sur une période de trois ans et sept mois.