lundi, mai 10, 2021
A la uneE-SportsStreet N' Geek

Le e-sport, le grand gagnant de la crise ?

Malgré la crise sanitaire qui s’est abattue sur le monde et les pertes financières dans la plupart des secteurs d’activité qui s’en sont suivies, l’industrie de l’e-sport est restée très attractive. On pourrait même dire qu’elle a connu un véritable essor en raison du premier confinement, si bien que cette activité est en train de se hisser au rang des sports traditionnels.

Le sport électronique s’est largement développé lors de la crise sanitaire et du confinement

Sans sports traditionnels, sans cinéma, sans activités en lieu public et sans événements importants en extérieur… le monde du sport électronique a beaucoup évolué. D’ailleurs, l’audience sur les programmes d’e-sport qu’importent les plateformes a connu une importante augmentation entre 30 % et 70 %. En effet, durant le confinement, plus d’un Français sur dix, soit plus de sept millions de personnes ont visionné au moins une fois une compétition d’e-sport ces douze derniers mois, en ligne à travers les différentes plateformes de jeux vidéo.

De plus, l’e-sport est un secteur qui fidélise beaucoup. Il dispose d’un système de match et de ligue, comme pour le football, où des équipes ou des joueurs reviennent chaque semaine pour s’affronter en compétition.

Les solutions prises pour développer l’audience dans l’univers e-sport

Afin de mieux développer l’audience dans le secteur de l’e-sport, les professionnels dans ce domaine ont redoublé d’imagination. Ils ont alors établi de nouvelles stratégies fonctionnelles et efficaces face à la crise sanitaire liée à la covid-19. Pour cela, ils ont basculé la majeure partie de leur activité en ligne, bien que la plupart du temps, l’e-sport s’est toujours fait en ligne. La différence, c’est que cette fois-ci, même les compétitions, telle que la League of Legends European Championship ont été effectuées suivant les règles de restriction sanitaire.

Pour ce faire, les professionnels du monde du sport électronique comme l’éditeur américain Riot Games ont permis à chaque joueur de jouer depuis chez eux ou leurs propres locaux. Ils ont juste fait le maximum pour leur offrir tous les moyens techniques nécessaires (serveurs, caméra et arbitrage à distance) afin d’assurer la pérennité de la compétition.

Un effort qui n’a pas été vain, car les compétitions ont, dès lors, connu une augmentation d’audience de 16,7 % à 30 % par rapport aux compétitions passées.

Les investisseurs se ruent dans le secteur

L’e-sport est une activité très attractive et surtout très rentable. La preuve, les levées de fonds dans ce secteur ont eu lieu un peu partout dans le monde depuis 2020.

L’une des levées de fonds les plus importantes et spectaculaires durant le confinement est celle de l’organisation professionnelle américaine d’e-sport FaZe clan qui a pu lever 40 millions de dollars. Ensuite vient celle du projet Guild E-sport (une équipe parrainée par David Beckham). Après avoir effectué une introduction en bourse à Londres pour lever des fonds et recruter de nouveaux joueurs, l’organisation espère une valorisation de 50 millions de livres.

En France, les chiffres ne sont pas plus spectaculaires que cela. Toutefois, le leader mondial du Cloud Gaming et Gamestream a reçu une somme de 3,5 millions d’euros. Tandis que, l’équipe marseillaise de joueurs professionnels MCES a levé 2,5 millions d’euros. Enfin la start-up Sorare a reçu, pour son jeu Fantasy Football la somme de 4 millions de dollars.

Bref, le e-sport connaît un véritable développement. Par ailleurs, la League of Legends s’est hissée à la 12e place des sports les plus joués, devant la Formule 1, le tournoi de tennis de Wimbledon et la coupe du monde féminine de football.

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Allan Kinic
Rédacteur en chef du magazine Street N’ Sports, journaliste sportif spécialisé dans le football et les sports de combat pour le site internet www.auvergnesports.com – Titulaire d’un baccalauréat littéraire option cinéma audiovisuel et de deux années en histoire de l’art et en musicologie – Ancien DJ Producteur – Passionné de sports et pratiquant la boxe anglaise et la musculation – Freelance en webdesign et communication, il a mis son expérience au profit de plusieurs entreprises en tant que chargé de communication et community manager .