dimanche, janvier 17, 2021
A la uneCINEMAInterviewsStreet N' Lifestyle

Revivez l’émotion de « Stand » avec Street N’ Sports

Mercredi 17 juin 2015, en avant-première au cinéma et bar à Tapas « les bobines » situé dans Paris, la rédaction de Street N’ Sports découvrait le dernier long-métrage de Jonathan Taieb, « Stand ». Pour écrire son histoire, le réalisateur s’est inspiré des lois russes liberticides promulguées en juin 2013 et janvier 2015.

En juin 2013, la Russie adoptait une loi punissant d’amende et de peines de prison toute «propagande» homosexuelle devant mineurs puis en janvier 2015, une nouvelle loi interdisait aux travestis et transsexuels de conduire une voiture  en les incluant dans les personnes souffrant de troubles mentaux et de troubles du comportement au même titre que les fétichistes, les pédophiles, les exhibitionnistes, les voyeurs et les sadomasochistes.

Jonathan Taieb traite également du phénomène mal connu des traques des personnes homosexuelles sur internet et des vidéos homophobes qui pullulent sur la toile.

« Stand » raconte plus précisément l’histoire de deux garçons témoins du passage à tabac d’un homosexuel. Apprenant quelques temps après qu’un crime a été commis au même endroit, Anton entraine son compagnon Vlad dans une enquête visant à en savoir plus. Mais l’obsession d’Anton pour connaître la vérité est telle, qu’elle inquiète de plus en plus son ami ce qui créé des tensions dans le couple.

Cette crainte d’éventuelles représailles qui agite Vlad pousse le spectateur à se poser également la question, quelle conduite adopter lorsque l’on est témoin d’une exaction alors qu’un retour de bâton est possible ?

Tourné en seulement 11 jours sans autorisation de tournage, pour son film, Jonathan Taieb s’est appuyé sur les performances d’acteurs russes francophones et en particulier sur celles de Renat Shuteev, Andrey Kurganov et Andrey Koshman.

Malgré son manque de moyen, « Stand » est tout sauf un film mineur. Bien au contraire, la gravité du sujet qu’il traite, le jeu des acteurs particulièrement fort, le réalisme des images, tout est fait pour que le spectateur soit maintenu en haleine jusqu’à la scène finale et se pose des questions tout le long du film.

Film indépendant, film d’auteur, film à suspense et même parfois un film d’horreur, Jonathan Taieb a su habilement mêler les genres afin que « Stand » échappe à toute classification trop simpliste.

069141

La rédaction de Street N’ Sports au même titre que les autres spectateurs présents dans la salle est sortie particulièrement bouleversée de cette projection.

Après la séance, celle-ci rencontrait le réalisateur français et profitait de cette occasion pour lui poser quelques questions sur la réalisation de son film et sur son parcours de cinéaste.

Aujourd’hui, Street N’Sports vous propose de retrouver l’interview exclusive du réalisateur :

« Stand « sort en France le 24 juin 2015, une date loin d’être anecdotique le film étant projeté la semaine de la marche des fiertés.

537832

Alors que le film a déjà été sélectionné dans plus de 49 festivals internationaux, à votre tour rejoignez le mouvement, en vous rendant sur le site web officiel du film http://www.stand4humanrights.com/ et vivez l’expérience virale sur Facebook : https://www.facebook.com/filmstand et sur Twitter : https://mobile.twitter.com/filmstand

pub silveross

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Allan Kinic
Rédacteur en chef du magazine Street N’ Sports, journaliste sportif spécialisé dans le football et les sports de combat pour le site internet www.auvergnesports.com – Titulaire d’un baccalauréat littéraire option cinéma audiovisuel et de deux années en histoire de l’art et en musicologie – Ancien DJ Producteur – Passionné de sports et pratiquant la boxe anglaise et la musculation – Freelance en webdesign et communication, il a mis son expérience au profit de plusieurs entreprises en tant que chargé de communication et community manager .