vendredi, décembre 3, 2021
actu musicaleStreet N' Zik

L’album electro ambient Esperanto de Ryuichi Sakamoto sort du Japon

Wewantsounds poursuit sa série de rééditions des albums de Ryuichi Sakamoto avec la sortie d‘Esperanto datant de 1985, composé pour une performance de la chorégraphe new-yorkaise Molissa Fenley. Produit et interprété par Sakamoto avec la contribution d’Arto Lindsay et du percussionniste japonais Yas-KazEsperanto est une œuvre instrumentale fascinante mêlant electronica, ambient et synth pop. Sorti au Japon en 1985 sur le label School de Midi Inc., l’album n’est jamais sorti hors du Japon. Cette réédition comprend la pochette originale, un insert 2 pages avec une nouvelle introduction par le journaliste Andy Beta et l’audio remasterisé à Tokyo par Seigen Ono.

Esperanto sorti en 1985 est le sixième album solo de Ryuichi Sakamoto. Après son passage au sein du légendaire Yellow Magic Orchestra, et le succès mondial de la bande originale du film Merry Christmas Mr. Lawrence en 1984 (dans lequel il joue aux côtés de David Bowie), Esperanto est un retour aux racines ‘leftfield’ pour le musicien.

Composé pour être la bande son d’une performance de la chorégraphe new-yorkaise Molissa Fenley (un show commandé par le producteur japonais Shozo Tsurumoto), l’album a été conçu par Sakamoto seul avec l’aide de la technologie de pointe de l’époque (les seules contributions externes sont celles d’Arto Lindsay à la guitare et du compositeur japonais Yas-Kaz aux percussions).

En effet, l’album est un voyage sonore fascinant expérimentant principalement avec la technologie de l’échantillonneur – toute nouvelle a l’époque et qui, selon Ryuichi Sakamoto, d’après une conversation avec le journaliste Andy Beta mentionnée dans les notes de pochette, nécessitait un ordinateur de taille énorme.

Esperanto est composé de huit titres affichant un mix varié d’influences. « A Wongga Dance Song » vibre de rythmes tandis que « A Rain Song » adopte un mode minimaliste avec son motif répétitif. « Dolphins » et « A Carved Stone » sont des titre ambient captivants qui mettent en valeur le talent de Sakamoto pour créer d’envoutante atmosphères ornées de mélodies abstraites.

L’un des temps forts de l’album est « Adelic Penguins », un titre proto techno fascinant avec une touche funky se déroulant sur six minutes et qui n’est pas sans rappeler l’électro-funk de l’album « Hidari Ude No Yume » de 1981. « Ulu Watu », une pièce aux allures de collage avec des motifs d’oiseaux et un paysage sonore tropical, clôt l’album sur une note expérimentale. Il est intéressant de noter qu’un an plus tard, les titres d’Esperanto feraient l’objet d’un projet vidéo expérimental mené par les artistes vidéo new-yorkais Kit Fitzgerald et le collaborateur de Nam June Paik, Paul Garrin.

Album unique dans la riche discographie de Ryuichi Sakamoto, Esperanto est une œuvre maitresse des années 80 dans la discographie du musicien à redécouvrir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Allan Kinic
Rédacteur en chef du magazine Street N’ Sports, journaliste sportif spécialisé dans le football et les sports de combat pour le site internet www.auvergnesports.com – Titulaire d’un baccalauréat littéraire option cinéma audiovisuel et de deux années en histoire de l’art et en musicologie – Ancien DJ Producteur – Passionné de sports et pratiquant la boxe anglaise et la musculation – Freelance en webdesign et communication, il a mis son expérience au profit de plusieurs entreprises en tant que chargé de communication et community manager .