mercredi, janvier 20, 2021
A la uneDOSSIERSEvénement High-TechStreet N' Geek

E3 2015, le salon du jeu vidéo en plein tournant

La grande messe des jeux vidéo arrive avec le démarrage mardi prochain de l’E3 qui se déroulera jusqu’au jeudi 18 juin. Ce salon consacré aux jeux vidéo aura lieu au Convention Center de Los-Angeles, un lieu qu’il n’aura quitté qu’une fois depuis son lancement en 1995.

url

E3, 20 ans d’histoire :

Et avant me direz-vous il y avait quoi ? Et bien le jeu vidéo n’avait alors aucun salon exclusif et il fallait se rendre dans des salons comme le CES de Las-Vegas pour voir les dernières nouveautés.

Le syndicat des éditeurs américains, l’Interactive Digital Software Association (IDSA), décide de changer cet état de fait en lançant la première édition de l’Electronic Entertainment Expo (E3) en 1995.

Année après année, le salon gagne en notoriété et son nombre de visiteurs ne cesse d’augmenter, ce qui entraine une augmentation considérable de la surface d’exposition. Voyant le salon devenir de plus en plus important, un groupe indépendant décide de lancer en 1998 une remise de prix récompensant les meilleurs jeux par catégorie.

10 ans après, l’E3 est à son apogée avec plus de 70 000 visiteurs et la présentation des futures xBox 360 et PS3 dont les démonstrations vont enthousiasmer le public. C’est aussi cette année-là qu’est présentée la Wii de Nintendo qui compte bien révolutionner la manière de jouer.

Confrontés à des coûts d’organisation de plus en plus importants, les éditeurs, Microsoft et Blizzard en tête, organisent alors leurs propres salons. L’E3 se voit contraint de changer sa politique en se tournant exclusivement vers les professionnels avec l’ « E3 Media and Business Summit » et en s’implantant en 2007 à Santa Monica. Ce changement de lieu et de stratégie aura raison un temps du succès du salon puisque le nombre de visiteurs s’écroulera en tombant à 10 000.

Pour contrer cet échec cuisant, les organisateurs doivent de toute urgence revenir à Los-Angeles mais c’est sur une surface bien plus réduite que la nouvelle mouture du salon est organisée. Résultat éditeurs et journalistes menacent de ne plus mettre les pieds à l’E3. Mis au pied du mur, l’ESA décide finalement de revenir à une taille d’exposition plus proche de celle des origines en conservant toutefois l’accès aux professionnels du secteur uniquement.

Entre temps, le grand public s’est orienté vers d’autres salons comme le Taipei Game Show  qui a reçu plus de 430 000 visiteurs en 2015, la gamescom en Allemagne et ses 335 000 visiteurs en 2014 ou encore la Paris Game Week et ses 272 000 visiteurs la même année.

En 2014, 48 900 visiteurs s’étaient amassés à l’E3 qui comptait alors deux cents exposants, faisant encore de ce salon le premier au niveau professionnel.

pourl

L’E3 2015 en bref :

Mais après cette parenthèse, la rédaction vous propose aujourd’hui de découvrir brièvement ce qui devrait faire l’attrait de cette édition 2015 de l’E3.

En attendant le démarrage du salon, ce sont les éditeurs et constructeurs qui font le buzz en annonçant leurs nouveautés à partir de la nuit de dimanche à lundi et jusqu’au lundi soir lors des conférences pre-E3. Si Bethesda ouvre le bal, Sony devrait être le dernier à présenter ses grandes nouveautés.

Aucune nouvelle console ne devant arriver pour 2015, c’est le catalogue des éditeurs qui devrait avoir la part belle avec 2 jeux particulièrement attendus, « Fallout 4 » de Bethesda et « Uncharted 4 » de Naughty Dog.

Parmi les autres jeux annoncés, le public présent à l’E3 devrait retrouver « Assassin’s Creed Syndicate », « Rainbow 6 » et « Tom Clancy’s The division » chez Ubisoft, « Mirror Edge », « Fifa 2016 » et « Star Wars: Battlefront »  chez Electronic Arts, « The Legend of Zelda » chez Nintendo, « Metal Gear Solid V : The Phantom Pain » et « PES 2016 » chez Konami, « Call Of Duty Black Ops 3 » chez Activision, « Gran Turismo 7 » chez Sony, « Halo 5 : Guardians » chez Microsoft et  « Rise of the Tomb Raider » chez Square Enix. En dehors des poids lourds du secteur, on peut aussi s’attendre à voir une plus grande place accordée aux éditeurs indépendants.

uuorl

Jeux vidéo, un secteur en pleine mutation

Lorsque l’on jette un rapide coup d’œil sur l’état du marché du jeu vidéo, on s’aperçoit que c’est Sony qui occupe la première place avec sa PS4 vendue à plus de 22 millions d’exemplaires contre 12 millions pour la console xBox One de Microsoft.  Mais ces chiffres ne tiennent pas compte de l’ensemble des joueurs à travers le monde.  Or, les joueurs occasionnels ou ceux ne cherchant pas les performances à tout prix mais plutôt le « fun », sont plutôt à chercher sur d’autres plateformes comme les Smartphones et les tablettes. Ces joueurs-là, ni Microsoft, ni Sony n’ont pour le moment réussi à totalement les conquérir et ce malgré une baisse des prix, comme cela a été le cas chez Microsoft à la fin de l’année dernière.

Deux raisons pourraient expliquer cet attrait du grand public pour les jeux sur des terminaux mobiles plutôt que sur des consoles : un accès facile aux applications et un coût d’acquisition très faible lorsque le jeu n’est pas tout simplement gratuit. Résultat, ces plateformes ont permis une explosion de la dématérialisation, un phénomène qui a fini par toucher les consoles de salon à leur tour. Et ce mouvement devrait s’accélérer grâce aux jeux présents sur les réseaux sociaux dont sont friands les joueurs des pays émergents mais aussi  grâce au succès de plateformes comme Spotify ou Netflix qui progressivement habituent les consommateurs à ne plus disposer d’un support physique.

Quant aux hardcore gamers habitués plutôt à avoir une manette entre les mains ou un clavier et une souris qu’un téléphone, Sony et Microsoft comptent bien leur faire changer leurs habitudes avec l’arrivée prochaine des casques de réalité virtuelle sur les consoles.

Que ça soit Project Morpheus chez Sony ou Oculus Rift chez Microsoft qui pour la petite histoire s’est vu rallié par Facebook détenteur du casque afin de développer des jeux spécialement conçus pour la xBox one, l’avenir des consoles devrait être plus immersif.

Reste à savoir si dans la réalité, les gros joueurs seront vraiment conquis et si le grand public suivra. Le retrait de Kinect de certaines versions de la xBox One donne à réfléchir. Malgré le potentiel de ce périphérique, Kinect n’a pas réussi à conquérir les joueurs autant que Microsoft l’aurait souhaité et si on regarde un peu  plus loin, la Wii qui avait pourtant fait exploser les ventes de consoles lors de sa sortie, n’est aujourd’hui plus qu’un lointain souvenir et Nintendo est redevenu un acteur de second plan.

juyt

L’E3 est-il toujours le salon du JEU VIDEO ?

Après ce rapide tour d’horizon du jeu vidéo, on en vient à se poser une question. Avec le succès croissant des salons grands publics, l’explosion du marché des jeux sur Smartphones, l’accroissement des ventes de jeux dématérialisés, la multiplication des jeux vidéo sur les réseaux sociaux voire même l’arrivée prochaine de matériels exclusivement dédiés aux jeux en ligne et en streaming, l’E3 focalisé en priorité sur les nouveautés pour les consoles de chez Sony et de chez Microsoft est-il toujours le salon du jeu vidéo ?

pub silveross

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Allan Kinic
Rédacteur en chef du magazine Street N’ Sports, journaliste sportif spécialisé dans le football et les sports de combat pour le site internet www.auvergnesports.com – Titulaire d’un baccalauréat littéraire option cinéma audiovisuel et de deux années en histoire de l’art et en musicologie – Ancien DJ Producteur – Passionné de sports et pratiquant la boxe anglaise et la musculation – Freelance en webdesign et communication, il a mis son expérience au profit de plusieurs entreprises en tant que chargé de communication et community manager .