FormeStreet Workout

Covid-19 : les masques de protection faits maison sont-ils être efficaces ?

masques de protection


Dès que l’épidémie de coronavirus s’est déclenchée, les différents masques de protection médicaux se sont vendus comme des petits pains et ont très vite disparus de la circulation. En effet, la plupart des gens sont convaincus que ces dispositifs de protection se présentent comme étant l’ultime protection contre le Covid-19 et ont de ce fait chercher à s’en procurer malgré l’annonce du gouvernement qui a répété à plusieurs reprises que ces derniers (FFP et masques 3 plis chirurgicaux) sont strictement réservés au milieu médical.



Devant un tel engouement et surtout pour éviter que les personnels soignants et les patients, qui sont les premiers à en avoir besoin ne risquent d’en manquer, le gouvernement à décider de réquisitionner les stocks de ces masques, ce qui a forcément provoqué une pénurie auprès du grand public.

Face à cela, les commerces spécialisés tels que le site Masque de Protection se sont vus obligé de céder leurs stocks aux établissements médicaux, refusant les ventes aux grand public et la plupart des gens ont donc cherché par eux même d’autres alternatives, et ont recouru à des solutions faits maison qui consistent à fabriquer soi-même les masques de protection dont ils ont besoin.

Eh oui, cette pratique est devenue très tendance et de plus en plus de tutoriels et conseils en tout genre circulent même actuellement à travers le web et qui expliquent les procédés de fabrication de masque avec des matériaux qui sont facilement accessibles.

Cependant, des questions se posent en ce qui concerne cela et se basent surtout sur l’efficacité réelle de ces masques de protections faits maison, mais surtout aussi sur les possibles risques d’en porter. Pour éclairer cela, on va voir ici ce qu’il en est vraiment.

Est-ce que n’importe quel masque suffit à sa protéger du coronavirus ?

Vu l’avancée fulgurante de l’épidémie de coronavirus qui sévit en ce moment, la plupart des gens cherchent tous les moyens de s’en protéger. Pour cela, il existe différentes mesures de précautions indispensables comme le fait de se laver et se désinfecter régulièrement ses mains, de se tenir à une distance d’un mètre minimum d’une personne susceptible d’être malade, mais surtout aussi de porter un masque de protection.

De ce fait, le port du masque est devenu une tendance qui a été adopté par de nombreux gens et c’est surtout ce qui a causé la forte demande concernant ce type d’outil médical.

Toutefois, il est clair que ce ne sont pas tout le monde qui peuvent avoir ces masques, plus précisément ceux qui sont recommandés par les autorités sanitaires et ont donc décidé d’utiliser ceux qu’ils ont sous la main.

Néanmoins, étant un virus, le coronavirus est un micro-organisme et ne peut donc pas être stoppé par les masques ordinaires. Eh oui, pour ce faire, il est souvent nécessaire de porter des masques de protection haute filtration qui proposent un degré de filtration d’au moins 90 % des particules fines qui peuvent être présents dans l’air.

Pour donner des exemples sur cela, seuls les masques certifiés FFP2 ou FFP3 qui sont avant tout fabriqués selon les normes en vigueur peuvent essentiellement prétendre protéger d’un virus, ce qui réfute de ce fait l’efficacité des masques faits maison en ce qui concerne la transmission du coronavirus.

Fabriquer soi-même son masque de protection est-il donc une mauvaise idée ?

Du point de vue technique, il est fortement recommandé de ne pas s’appuyer sur les masques de protection faits maison lorsqu’il s’agit de limiter la contamination d’un virus aussi dangereux que le coronavirus.

En effet, les matériaux utilisés pour les fabriqués, généralement du tissus ou du papier essuie-tout, ne bénéficient pas d’un niveau de filtration suffisant pour empêcher les virus de les pénétrer. Ce qui fait que les risques de contamination et de transmission sont toujours grands et peuvent même augmenter puisqu’en pensant bien faire, ceux qui utilisent ces masques de fortune pensent souvent être protégés alors qu’ils sont toujours vulnérables face à ce mal invisible qu’est le Covid-19 qui fait tant de ravage actuellement.