Jeux VidéoStreet N'Geek

Beta de Rainbow Six Siege

Rainbow Six Siege


En mars 2011, Ubisoft annonçait la renaissance de la série « Rainbow Six » avec « Patriots ».  S’appuyant sur une target video tout en « finesse », Ubisoft proposait une tournure scénaristique moderne, ancrée dans la lutte contre le terrorisme.

A la fois efficace et immersive, cette vidéo présentait avant tout les ambitions  et la direction que les développeurs d’Ubisoft voulaient prendre pour ce prochain volet. Deux ans plus tard, le développement est brutalement arrêté et le reboot est annoncé. Des cendres d’un bien mystérieux « Patriots » va naitre « Rainbow Six Siege ». Dites adieu à l’unité Rainbow Six et bonjour aux SAS, GIGN, FBI, Spetnaz et autres forces d’intervention.



Exit la promesse d’une histoire solo trépidante au profit d’un shooter aux espaces confinés mêlant la tension d’un « Payday 2 » et la rigueur d’un « Counter Strike ». Alors qu’une autre session de beta fermée vient de commencer, cet article devrait vous aider à vous faire une idée sur « Rainbow Six Siege ».

En état de siège.
Avant de rentrer dans le détail, il faut savoir que même si le contenu de cette beta est maigre, elle permet de se faire une idée globale sur la qualité finale du jeu à environ deux mois de sa sortie. Pour le moment, Ubisoft met à disposition 14 agents (soit un roster de 7 attaquants et 7 défenseurs), 2 modes de jeu (« Secure the Area » et « Bomb ») et 3 maps (« Hereford Base », « French Consulate » et « The House »). Depuis peu, le mode « Terrorist Hunt », véritable marque de fabrique des « Rainbow Six », a été rajouté pour le plus grand bonheur des fans.

Et c’est avec ce maigre contenu que « Rainbow Six Siege » s’affiche déjà comme le jeu incontournable pour cette fin d’année. Les parties multi-joueurs en « Secure the Area » et « Bomb » se composent de plusieurs rounds en 5 vs 5 ou tour par tour. Vous allez devoir attaquer une position ou la défendre (et désamorcer des bombes ou en empêcher le désamorçage dans le second mod). Chaque agent possède des capacités uniques qui ont un réel impact sur le déroulement des parties.

Par exemple, Thermite peut poser une charge exothermique capable de faire exploser des murs renforcés par les terroristes, tandis que Twitch peut envoyer un drone pour enlever les pièges ou attaquer les ennemis. Durant un assaut, Blitz du GSGS 9 peut activer une lumière flash sur son bouclier pour aveugler temporairement ses ennemis, ce qui peut s’avérer pratique pour  pénétrer et sécuriser une pièce. La tension se fait ressentir dès la préparation d’un round,  lorsque les attaquants envoient leurs drones en reconnaissance pour identifier les ennemis et les objectifs,  et que les défenseurs posent des barricades, des fils de fer barbelés et autres pièges pour tenir l’assaut.

Search and Destroy.
Et cette tension grimpe d’un cran durant la phase d’action : les maps offrent des environnements clos et destructibles ; le moindre trou dans un mur peut vous être fatal, ce qui est parfait pour vous garantir un sentiment de sécurité, surtout lorsque vous êtes le dernier membre de votre escouade encore debout et qu’il reste plusieurs ennemis. Le son des armes contribue énormément à cette tension, le feeling que vous pouvez avoir en tirant ou en entendant un tir à côté de vous est très convaincant. Chaque map est pensée afin que vous ayez une approche différente d’un round, dès lors que vous souhaitez surprendre vos ennemis. Que ça soit par une porte de service ou en rappel par le toit, tout est bon pour surprendre l’adversaire.

Avec « Siege », Ubisoft a voulu créer un « tactical shooter » avec autant de challenges et de rigueur qu’un « Counter Strike ». Pas de respawn, vous êtes poussés à regarder derrière vous assez souvent. Clairement, l’action sur « Rainbow Six Siege » est rapide et intense et les rounds s’enchainent rapidement. La seule différente vient du chaos qui règne quand on se retrouve pris entre plusieurs tirs, mais l’expérience proposée est solide et ce jeu possède un bon potentiel pour de l’e-sport.

rainbow-six-siege

Quand l’assaut sera-t-il donné ?
Le jeu est encore en béta et la date de sortie a été repoussée au 1er décembre. Quand on voit la qualité des derniers jeux publiés par Ubisoft (je ne pense à aucune licence en particulier), on commence à rêver en se disant que « Siege » ne sera pas assiégé par une armada de bugs. Pour le moment, quelques bugs de connectivité aux serveurs sont à déplorer, qui poussent à réinstaller la beta…
Bémol également au niveau des textures bien crasseuses à l’écran, qui nous font dire que « Rainbow Six » ne sera pas le plus beau FPS de cette fin d’année … mais peu importe. « Rainbow Six » ne sera pas non plus le plus beau FPS de cette fin d’année, en cause notamment, certaines textures bien crasseuses à l’écran mais cela importe peu. Si « Siege » tire bien son épingle du jeu, c’est grâce à une destruction de l’environnement qui s’avère vraiment très convaincante.

En clair, si vous n’avez pas encore choisi quel sera votre shooter de fin d’année, « Rainbow Six Siege » a tout le potentiel pour vous plaire, à condition que vous ne soyez pas cardiaque et que vous aimiez les challenges et la coop (bien que le mode « loup solitaire » vous permettra de jouer tout seul dans votre coin, si vous n’aimez pas les gens) ! Pour rappel, « Rainbow Six Siege » est encore en beta fermée jusqu’au 1 er octobre et il sortira le 1er décembre sur PC, PS4 et XBOX One !

Cet article a été réalisé à partir d’une beta testée sur PS4 !

Plus d’infos sur « Rainbow Six Siege » : http://rainbow6.ubi.com/siege/fr-fr/home/

728x90-reduction