lundi, mai 10, 2021
DiététiqueForme

Tout savoir sur le gingembre

Présent dans les cuisines à travers le monde, le gingembre est aussi réputé pour ses multiples vertus thérapeutiques. Découvrons l’histoire de cette plante, ses principaux bienfaits, et les précautions à prendre pour le consommer sans risque. 

Petit rappel historique sur le gingembre

Bien que les ancêtres sauvages du gingembre n’aient jamais été retrouvés, les scientifiques estiment que son foyer se trouve dans le sud de l’Inde et de la Chine, où il est utilisé depuis des millénaires. Son appellation est tirée du mot sanskrit shringavera, qui se traduit par « forme de bois de cerf », avant d’être décliné en diverses langues, dont le français « gingibre », avant d’être transformé en « gingembre » vers 1256. Ce nom s’explique sans aucun doute par la forme particulière du rhizome, qui correspond à la partie comestible.

Le gingembre est cultivé dans les pays chauds au climat tropical, donc principalement dans l’hémisphère sud. En fonction des conditions climatiques, du type de sol et des techniques de production, les rhizomes existent dans de nombreuses variétés. Africain, australien, chinois, jamaïcain ou indien, chaque cru a ses propres qualités, une saveur et un arôme spécifique, et surtout, des utilisations spécifiques : cuisine, parfumerie, médecine…

En cuisine, il relève et parfume agréablement des plats salés ou sucrés, des confiseries, mais aussi des boissons. Mais il est aussi réputé et apprécié pour ses propriétés médicinales.

Les vertus thérapeutiques du gingembre

Des études scientifiques laissent entrevoir les nombreux bienfaits du gingembre sur la santé des humains, mais des recherches plus poussées sont attendues pour aboutir à des conclusions probantes et plus précises. Voici les principaux domaines identifiés comme pouvant être soulagés par le gingembre frais ou séché, car il existe également sous la forme de sirop, de tisane ou de poudre en capsules :

Contre les nausées et vomissements

Qu’ils soient liés au mal du transport, à une grossesse ou à des troubles postopératoires, les nausées et vomissements peuvent être calmés par le gingembre, notamment en infusion ou en poudre, grâce à son effet antiémétique.

Contre les maladies causées par les radicaux libres

Le gingembre comprend quelque 40 composés antioxydants, ce qui le rend précieux dans la prévention et le traitement des pathologies provoquées par les radicaux libres : troubles cardiovasculaires, cancers, maladies liées au vieillissement. Des recherches sont par ailleurs menées pour établir son efficacité sur le ralentissement de la maladie d’Alzheimer.

En outre, l’apport du gingembre en manganèse et en cuivre pour l’organisme n’est pas négligeable. Actif dans une bonne douzaine de processus métaboliques, le manganèse contribue à une meilleure défense du corps contre les radicaux libres, tout comme le cuivre, lequel est indispensable à la constitution des cellules sanguines et du collagène.

Contre le diabète de type 2

Il a un effet préventif et curatif chez les individus souffrant de diabète de type 2. Non seulement il aide à réduire le taux de sucre à jeun, mais il renforce la résistance à l’insuline.

Contre les problèmes gastriques

En agissant sur la production de bile et l’activité de plusieurs enzymes digestifs, le gingembre pourrait accélérer la digestion

Contre les douleurs causées par l’arthrite

Les premiers résultats d’études portant sur ses vertus anti-inflammatoires font état d’une diminution des douleurs reliées à l’arthrite, et plus largement, aux maladies inflammatoires chroniques, mais ils restent à confirmer.

Les précautions d’utilisation du gingembre

Les idées reçues concernant le gingembre ne manquent pas, mais jusqu’ici, aucune étude officielle n’est venue les corroborer. Voici une liste des profils de personnes qui risquent de souffrir d’effets indésirables liés à l’utilisation du gingembre :

• les femmes enceintes ou qui allaitent, sans l’avis d’un médecin,

• les enfants âgés de moins de 6 ans,

• les personnes souffrant de calculs biliaires.

Par ailleurs, une consommation excessive pourrait provoquer des brûlures d’estomac ou autres problèmes digestifs gênants, mais sans gravité. Il est également contre-indiqué avant une intervention chirurgicale ou chez les sujets qui prennent des anticoagulants, des médicaments hypoglycémiants ou à effet cardiotonique. Les spécialistes affirment néanmoins qu’aucun cas grave directement lié aux interactions du gingembre avec de tels produits n’a été constaté (saignements excessifs, hausse de la glycémie, problèmes cardiaques). 

Enfin, démentant la croyance populaire, la puissance aphrodisiaque du gingembre n’aurait pas été prouvée, bien qu’il produise un effet vasodilatateur et réchauffant.

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.